#LabourDay2024: Grégoire Owona appelle à la prévention des risques professionnels

7c5a5a6b-afc6-4666-945c-7a4b7ed6d075
Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Telegram
Email

Le ministre du Travail et de la Sécurité sociale a exhorté les différents acteurs à relever les défis dans ce sens lors de la célébration de la 28e Journée africaine de la prévention des risques  professionnels couplée à la 22e Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail qu’il a présidées ce 30 avril à Yaoundé.

 

« La sécurité et santé au travail dans les secteurs d’activité à fort potentiel de risque: défis et stratégies d’intervention ». C’est le thème central de la 28e Journée africaine de la prévention des risques  professionnels couplée à la 22e Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail célébrées ce mardi. Au Cameroun, les deux événements ont été placés sous l’égide de la Caisse nationale de la Prévoyance sociale.

Contexte

Selon l’Organisation internationale du Travail (OIT), plus de 2,7 millions de travailleurs perdent la vie à cause d’accidents du travail ou de maladies liées à leur activité professionnelle. D’après la même source, les secteurs à haut risque en Afrique comprennent l’agriculture, la construction, l’industrie extractive, le secteur manufacturier et les services de santé. Ainsi, quel que soit le secteur d’activité, la sécurité et la santé au travail demeurent des enjeux préoccupants. D’où l’appel urgent du ministre du Travail et de la Sécurité sociale à « amener les employeurs à élaborer des systèmes de management de la sécurité et santé au travail et à anticiper les débats nationaux sur les répercussions du changement climatique et de développer un cadre d’actions destiné à y faire face, dans un objectif de résilience ».

Objectifs

Les deux journées célébrées ce mardi visent à renforcer les actions en faveur de la sécurité et de la santé au travail dans les secteurs d’activité à fort potentiel de risque. De manière spécifique, le ministre du Travail et de la Sécurité sociale, a engagé les différentes parties prenantes à :

– identifier les secteurs d’activité à fort potentiel de risque,

– élaborer des stratégies de prévention pour chaque secteur à haut risque en tenant compte des spécificités locales,

– évaluer régulièrement l’efficacité des mesures de prévention mises en œuvre en vue d’améliorer la sécurité et la santé des travailleurs. 

L’impact souhaité étant la réduction considérable du nombre des victimes d’accidents et de maladies liées au travail au niveau national.

Dieudonné Zra (@zra_dieudonne)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Mincom: s’approprier le numérique pour promouvoir l’image du Cameroun

SecuSchool : une application pour la sécurité des apprenants

Dette publique : priorité à la transparence

Les journalistes engagés pour une protection durable de l’environnement

EDUCA-TV: des contenus pour mieux aborder les examens officiels

Lutte contre le terrorisme: la police camerounaise mieux outillée