Lutte contre le terrorisme: la police camerounaise mieux outillée

D9865738-54EB-41E2-B5FE-A0F390726307
Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Telegram
Email

24 policiers formés dans le domaine du déminage, ont reçu ce 2 mai 2024 à Yaoundé, leurs diplômes de fin de formation du stage de déminage niveau 1.

La cérémonie avait pour cadre l’Ecole nationale supérieure de Police de Yaoundé et était présidée par le Délégué général à la Sûreté nationale, Martin Mbarga Nguélé et l’ambassadeur de France au Cameroun, Thierry Marchand, en présence de nombreux membres du corps diplomatique.

Objectif de la formation

Organisée par la Coopération française et la Délégation générale à la Sûreté nationale (DGSN), cette formation avait pour objectif de doter la DGSN d’une capacité en déminage afin de protéger les populations camerounaises contre le risque explosif. L’ambassadeur de France au Cameroun relèvera d’ailleurs à cet effet qu’une dizaine d’incidents liés aux explosions de munitions et autres engins improvisés ont lieu chaque jour avec comme victimes, les populations civiles.

Pour Thierry Marchand, « le continent africain n’est pas exempt de cette menace, le Cameroun non plus. D’où la volonté des autorités camerounaises de faire face à ces risques et menaces». À en croire Martin Mbarga Nguélé, ce renforcement des capacités en déminage est une étape très importante dans la coopération policière France-Cameroun, car, au-delà de permettre au pays de relever les défis sécuritaires actuels, elle traduit également la modernisation de la police camerounaise pour la sécurité renforcée du Cameroun.

La formation

Cette première formation du genre aura duré quatre semaines avec des enseignements dispensés par deux experts français en déminage. Selon, l’un des stagiaires, l’officier de police Henri Abada, ces enseignements ont été faits en deux phases: « la première phase était purement théorique à travers la maîtrise de certaines terminologies et l’identification visuelle du matériel qui a été le nôtre pendant les quatre semaines de formation. La deuxième phase, quant à elle était pratique. Pour cela, nous nous sommes rendus sur le terrain du côté de Mbankomo sur le site de démolition de la Sûreté nationale. Là-bas, nous sommes passés à la mise en pratique de ce qui a été fait en salle ». Aujourd’hui, ces 24 policiers formés en déminage, niveau 1, peuvent reconnaitre une munition et analyser la menace, sécuriser la zone de démolition et détruire la mine sur place.

Ces policiers pourront poursuivre leur formation en deuxième, puis en troisième année. Le prochain stage étant fixé au mois de juin 2024 pour le niveau 2. À cet effet, Martin Mbarga Nguélé a salué la dotation en équipements opérationnels de la France au Cameroun. L’objectif étant de doter en trois ans, les dix régions des équipes de démineurs. En attendant, le délégué général à la Sûreté nationale demande aux policiers ainsi formés, de s’appliquer en vue d’une maîtrise des connaissances acquises et d’en faire une application appropriée, pour permettre à notre pays de rester à la hauteur des défis actuels.

Aline-Florence Nguini

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Mincom: s’approprier le numérique pour promouvoir l’image du Cameroun

SecuSchool : une application pour la sécurité des apprenants

Dette publique : priorité à la transparence

Les journalistes engagés pour une protection durable de l’environnement

EDUCA-TV: des contenus pour mieux aborder les examens officiels

Lutte contre le terrorisme: la police camerounaise mieux outillée